Agés entre 15 et 16 ans, les filles et garçons concernés ont été présentés au conseil de discipline.

L’affaire défraie la chronique au lycée d’Angossas, département du Haut-Nyong. Quatorze élèves, soit sept filles et sept garçons sont renvoyés de l’établissement pour des relations inappropriées. En termes simples, les sept filles ont contracté des grossesses. Et les auteurs de ces actes ne sont autres que les sept garçons, leurs camarades de classe. Comment le pot-aux-roses a-t-il été découvert ? Certes les ventres des futures mères étaient parlants, mais en plus une investigation poussée initiée par les responsables du lycée a révélé l’identité des pères.

Les couples, entendus en conseil de discipline, sont revenus sur les péripéties de leurs jeux amoureux engagés depuis longtemps. Les futurs pères se recrutent dans les classes de 6e, 5e, 4e et 3e comme leurs amantes. Et les couples sont tous mineurs. Les plus âgés ont entre 15 et 16 ans. Dans la foulée, des lettres d’amour ont été découvertes dans les sacs de certains des garçons impliqués. Elles ont été lues au bureau du surveillant général, Léopold Tchuenté Tchuenté, qui dit être dépassé par cette situation. Extrait : « Tu dépasses Dieu et mes parents».

Les responsabilités étant clairement établies, les filles enceintes ont été solidaires envers leurs amoureux, en conseil de discipline. Certaines ont clairement affirmé qu’ils s’aiment et assument leur choix. « C’est regrettable parce qu’il s’agit d’enfants. On compte un couple en 6e, deux en 5e, deux encore en 4e et deux autres en 3e », a souligné Barika Bebe, enseignant principal de la classe de 4e Espagnol. En tant qu’animateur du club santé de l’établissement, ce dernier affirme qu’il sensibilise pourtant les enfants sur la sexualité précoce.

Redigé par: 237 Actu

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur