Cameroun-Confidences : Jeune Afrique dévoile les identités des personnalités qui pourraient remplacer Marcel Niat Njifenji et Cavaye Yeguie Djibril

Dans un papier d’opinion publié dans l’édition 3085 de Jeune Afrique en kiosque du 23 février 2020 au 29 février 2020, le magazine panafricain prédit la fin du règne de ces deux incontournables du régime de Paul Biya à la tête des deux chambres du parlement.

Les proches de Cavaye Yeguie Djibril sont inquiets. Ces derniers craignent qu’en l’absence de l’actuel président de l’Assemblée Nationale camerounaise, qui se fait soigner à l’Hôpital d’instruction des formes armée Percy à Clamart, près de Paris depuis le 13 février 2020, un autre camerounais soit placé à la tête de la chambre basse du parlement camerounais.

C’est pourquoi, contre l’avis des médecins, «les proches du parlementaire de 80 ans, qui a été réélu lors des législatives du 9 février souhaitent qu’il rentre au Cameroun avant le 10 mars – date de l’élection du prochain président de la chambre à laquelle il sera candidat». Peut-on lire dans les colonnes du magazine Jeune Afrique en kiosque du 23 au 29 février 2020.

Au cas où, Cavaye Yeguie Djibril ne rentrerait pas au Cameroun à temps pour participer à l’élection sus-évoquée, les noms de ses potentiels remplaçants circulent déjà dans les couloirs d’Etoudi.

«Theophile Baoro, vice-président de l’Assemblée et Hersesse Zondol, qui dirige la commission des lois se positionnent. Tous deux sont comme l’actuel titulaire du poste, originaires du Nord. Reste que compte tenu de la crise qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, Paul Biya pourrait vouloir mettre en avant l’anglophone Emilia Monjowa Lifaka. Mais à Yaoundé tout est affaire de géopolitique locale. Si une anglophone venait à présider l’Assemblée Nationale, un autre anglophone ne pourrait conserver la Primature. Dans cette hypothèse, deux ministres sont pressentis, Ibrahim Talba Malla (Marchés publics), Alamine Ousma Mey (Economie)», précise en substance, le journal fondé par Bechir Ben Yahmed.

Au Sénat, ce sont également les mêmes turpitudes. Ici, on songe également à la succession de Marcel Niat Njifenji, qui est rentré au Cameroun au début du mois de février après deux mois d’hospitalisation en Suisse. Selon nos confrères, ses médecins lui ont prescrit un repos de longue durée.

Dans l’éventualité où il ne pourrait plus assumer ses fonctions de président du Sénat, Jeune Afrique croit savoir que ce sont Ibrahim Mbombo Njoya où François Xavier Ngoubeyou qui devraient lui succéder.

«Ces deux sénateurs issus, comme Niat Njifenji, de l’Ouest auraient leurs chances si les clés de l’Assemblée Nationale devaient être confiées à un nordiste: Un règle non écrite veut que les deux chambres du parlement ne soient pas aux mains de personnalités issues de la même région», renseigne le magazine.

 

Cameroun-Info.Net