Cameroun-Crise anglophone : 160.000 personnes déplacées dans les régions anglophones

La guerre civile qui ensanglante les régions anglophones du Cameroun aurait fait quelque 160.000 déplacés et 34.000 réfugiés au Nigeria voisin. Ils ont dû fuir en raison des violences liées au séparatisme anglophone

160.000 personnes déplacées. C’est la première fois que le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) a établi un bilan chiffré des personnes déplacées par ce qu'il faut bien appeler une guerre civile.

«La majorité des déplacés a fui dans la brousse avec peu pour survivre. D'autres sont hébergés par des communautés locales qui font également face à des conditions de vie difficiles », indique le communiqué de l'Ocha.

Les réfugiés traversent la frontière à pied, dans des zones montagneuses et de forêt dense très peu accessibles du fait du manque de routes

Depuis octobre 2016, la minorité anglophone, qui représente environ 20% des 22 millions de Camerounais, répartie dans deux régions sur les dix que compte le pays, proteste contre sa « marginalisation culturelle et politique»dans la société. Une crise qui a dégénéré depuis en un conflit ouvert. Aux attaques des « séparatistes », l'armée répond par des liquidations et des villages incendiés.

Si certains réclament la proclamation d’un nouvel Etat, l'«Ambazonie», la plupart des anglophones demandent le retour au fédéralisme qui a prévalu dans le pays entre 1961 et 1972, avec deux Etats au sein d’une même République.