Woungly Massaga dans une correspondance rendue public le 10 février 2018 parle de la crise socio politique qui perdure dans les régions anglophones du Cameroun et préconise dans la foulée quelques pistes de solutions.

L’homme politique qui a quitté il y a un peu plus de deux mois son poste de conseiller spécial de Maurice Kamto du MRC pense que l’option de répression de type colonial que le gouvernement camerounais a choisi dès le départ pour traiter la crise anglophone sera sans effet.

L’octogénaire pense également que « la condamnation à mort des leaders que réclament les « assoiffés de sang humain » du RDPC sera contre-productive », et contribuera selon lui à l’enlisement des violences.

Woungly Massaga déclare ne « pas soutenir la position du gouvernement camerounais sur la crise anglophone parce qu'elle ne repose que sur la falsification de l'Histoire et le mensonge ».

Il est honteux, explique-t-il, que notre Chef d'Etat assimile le fédéralisme à la division.

Commandant kissamba souligne que « seul un vrai dialogue national est une nécessité pour sauver le Cameroun du cycle chaotique dans lequel il ne cesse de s'enfoncer », sauf que ce dialogue selon lui ne peut pas être conduit par ceux qui sont au pouvoir actuellement car dit-il, ils sont à l'origine des crises multiples le Cameroun connait".

« Anglophones et francophones, rétablissons la vérité historique. Dénonçons les vrais coupables de la mauvaise gestion de la question nationale dans notre pays, préparons un vote sanction massif contre Paul Biya et son régime aux prochains élections », conclut-il.