Cameroun-Opinion : Lettre d’Abel Elymby aux « imbéciles » de Facebook, tueurs à cage autoproclamés

Abel Elimby Lobe

'LETTRE AUX IMBÉCILES DE FACEBOOK, TUEURS À GAGE AUTOPROCLAMÉS

Personne ne craindra les chants d'un pigeon blanc élevé par des ethnofascistes du régime BIYA-RDPC qui vivent du régime qu'ils servent publiquement et prétendent lâchement combattre. Ces gens qui vivent au cœur de ce régime qui les a fabriqués et qui n'ont que l'envie de remplacer leur créateur mais pas celle de changer l'ordre politique dont ils sont de lâches profiteurs, élèvent à l'étranger un petit pigeon blanc dont ils se servent du roucoulement pour déranger le doux sommeil de leur maître et son éternité ; ces imbéciles-là, qui croient tromper le peuple du changement, sont si ridicules qu'ils sont incapables de combattre publiquement le régime BIYA-RDPC (ce qui se comprend d'ailleurs car leurs visées diaboliques ne peuvent pas être assumées publiquement: alors ils veulent le beurre sans en payer le prix et ils veulent aussi l'argent du beurre) mais veulent faire croire, dans leur hypocrisie opportuniste qu'ils combattent l'ordre politique en place, en se donnant pour tout relais de lutte un pigeon blanc. Notre lutte, la lutte pour l'éviction du régime BIYA-RDPC, n'est pas la lutte des bandits, elle est noble et ne sera jamais menée par des faussaires.

La lutte se mène au Cameroun, elle se mène à visage découvert par ceux qui assument la responsabilité pénale de leurs agissements. Notre lutte ne se mène pas par un oiseau, surtout pas par un oiseau de mauvais augure qui croit que la lutte pour le changement, c'est d'empêcher le régime BIYA-RDPC de tourner en rond. La perturbation de la sérénité du régime par la divulgation intempestive de ses agissements plus ou moins critiquables est un vulgaire " one man show ", un épiphénomène qui ne relève en rien de la lutte pour un ordre politique nouveau.

Je ne me battrai pas contre un petit pigeon blanc que ses éleveurs appellent Paul Chouta, entretenu par des serviteurs du régime pour être manipuler à l'effet de distraire les forces de changement. Je suis à découvert et comme les vrais combattants, je n'envisage pas une lutte de criminels. Notre lutte est démocratique et elle vise l'éviction du régime BIYA-RDPC par les élections qui ont besoin d'une stratégie concertée révélant notre intelligence collective positive, toute chose qui se distingue de la lâcheté, de l'irresponsabilité pénale des diffuseurs d'informations sensationnelles à la véracité douteuse.

La lutte pour le changement politique est très noble et précise. Elle n'est pas et ne sera jamais une entreprise de diabolisation des membres du régime BIYA-RDPC dont font partis les informateurs d'un criminel qui veut nous faire croire que pour combattre, il faut être un faussaire vivant et opérant sous l'aspect d'un pigeon.

LE COMBAT POUR UN NOUVEL ORDRE POLITIQUE EST ICI AU CAMEROUN ET SE MÈNE À VISAGE DÉCOUVERT : LES LÂCHES NE NOUS SERVENT À RIEN ET NE FONT PEUR À PERSONNE''.

Abel Elimby Lobe