Cameroun:Plan d’assistance humanitaire d’urgence. Le précieux apport des Nations Unies

Paul Atanga Nji a présidé ce lundi 22 octobre au Ministère de l’Administration Territoriale dont il a la charge, la rencontre de la plateforme de collaboration entre le gouvernement et les acteurs du système humanitaire engagés dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

Chargé de la coordination de l’action humanitaire relative à la situation aux deux régions anglophones en crise, le Minat qu’assiste le Minrex (Ministère des Relations Extérieures) dans cette tâche, a tenu à rassembler pour la toute première fois la plateforme. C’était dans le but de tenir une évaluation réelle des fonds et des dons collectés à ce jour à travers le pays, et surtout pouvoir estimer qualitativement et quantitativement les premiers lots déjà distribués sur le terrain aux populations en détresse.

Une présence hautement significative à ces travaux, celle de Allegra Baiocchi, coordinatrice locale du système des Nations Unies.

Pour la circonstance ; elle était à la tête de dix agences de l’organisation planétaire représentées au Cameroun, tous autant de partenaires qui devraient permettre de donner plus de consistance au fil de solidarité entretenu en faveur des populations prises en otage dans les deux régions en crise, par des bandes de brigands évoluant sous le voile des séparatistes.

A noter que la région de l’Extrême-Nord ayant payé un lourd tribut sous les attaques de la secte terroriste Boko Haram, bénéficie également un plan humanitaire d’urgence coordonné par le gouvernement. Pour revenir donc à la présente initiative, et notamment au soutien exprimé par le système des Nations Unies présent avec notamment le PAM, l’Ocha, l’Unicef, le HCR, l’Unfpa, l’OIM, le FAO ou encore l’OMS, plusieurs axes d’intervention ont été retenus. Ils vont de l’assistance alimentaire, aux questions de santé et de nutrition, en passant par l’accès à l’eau potable, la mise en place de clubs de jeunes pour la prévention de la violence et les questions de logement.

C’est ainsi que le responsable du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), annoncera la mobilisation d’environ trois milliards de FCFA pour cette intervention. « On a pu assister près de 26.000 personnes en début d’année. Aujourd’hui, la discussion consistait à voir comment améliorer notre réponse et augmenter aussi la capacité des Nations Unies de venir en aide aux populations dans tous les domaines prioritaires. Il s’agissait aussi d’avoir le soutien du gouvernement pour avancer dans nos actions », a affirmé Allegra Baiocchi à l’issue des travaux.

Et à sa suite, Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration Territoriale et président du comité ad hoc mis en place pour la cause, précisera que pour tous les intervenants à cette opération, « Il est question de s’asseoir, mettre en place un document qui sera soumis au gouvernement pour approbation.

Ainsi, ils pourront se déployer sur le terrain sur la base d’un document consensuel. Le chef de l’Etat tient à la bonne exécution de ce Plan afin d’en faire bénéficier les populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, victimes des activités de terroristes. » Lancé le 20 juin par le Premier ministre, Philemon Yang, ce Plan d’assistance humanitaire d’urgence est évalué à 12,716 milliards de FCFA.

 

cameoon-report.com