Cameroun-Menaces à certains médias : Xavier Messe déshabille Paul Atanga Nji

Xavier Messe

Le journaliste pense que ce ministre porte gravement atteinte à la démocratie camerounaise.

Au cours d’un point de presse hier lundi 9 mars 2020 à son département ministériel à Yaoundé, Paul Atanga Nji, le Ministre de l’Administration Territoriale, a accusé certains médias de relayer des « rapports erronés des ONG contre les forces de défense et de sécurité», ce qui de son point de vue traduit une démarche « conspirationniste » contre la République.

Bien plus, dans un ton presque martial, le super chef de terre a menacé de fermeture ces médias en les assimilant à Radio Mille collines ( Le tristement célèbre média à l'origine de génocide au Rwanda en 1994). Il a nomment cité Équinoxe TV, STV, Radio Balafon, et le quotidien Le jour.

Cette sortie de ce membre du gouvernement a eu un écho très négatif, non seulement au sein des rédactions incriminées, mais aussi dans l’univers médiatique en général.

Xavier Messe fait partie de ceux ayant fermement fustigé l’attitude du patron de la territoriale. Le directeur de HTV a indiqué sans ambages que la sortie du ministre Atanga Nji est une sortie « maladroite», qu’on ne saurait afficher dans un system qui a pour ambition d’aller vers la démocratie.

« Si le Cameroun a pour ambition d’aller vers le démocratie, ce ministre ne mérite pas occuper son poste », a fulminé cet enseignant des Sciences de l’information et de la communication des universités.

Le Président Directeur Général du groupe Equinoxe, Sévérin Tchounkeu, en réaction, a qualifié d’ « accusations graves» ces allégations du ministre Paul Atanga Nji.

Pour l’une des rares fois, le promoteur de cette chaine privée basée à Douala, la capitale economique, est apparu à l’antenne tout courroucé, dans la posture de l’invité du journal de 20heures de Cedric Noufelé. « Je n’accepterai jamais, qu’on m’accuse de pactiser avec les ennemis de la République, à quelque prix que ce soit. Il faut qu’on arrête dans ce pays, de penser qu’il y aurait des Camerounais à part, et des Camerounais à part entière», a balancé entre autres dans une colère noire Sévérin Tchounkeu.