Rebecca Enonchong garde un souvenir très amer du magistrat Chi Valentine Bumah, révoqué récemment du corps de la magistrature par le président Paul Biya.

Chi Valentine Bumah n’était pas un magistrat sérieux, à en croire Rebecca Enonchong. Cette dernière présente le juge déchu comme l’un des juges les plus corrompus de la république.

En effet, Chi Valentine n’est plus magistrat. Il a été révoqué de la magistrature par décret présidentiel signé le 27 juillet 2020 pour « absence irrégulière ». Ce décret présidentiel indiquait par ailleurs que le mis en cause ne bénéficiera pas de sa pension retraite.

La magistrat Chi Valentine avait déjà été suspendu le 5 octobre 2019, par le ministre de la Justice garde des sceaux, Laurent Esso. Le Minjustice dans son texte avait mentionné qu’il s’agit d’une suspension temporaire. Le manistrat Valentine Chi était présenté comme un pro-ambazonien.

L’ancien juge en service à la Cour d’appel du Nord-Ouest avait été enlevé le 15 juillet 2019 par les séparatistes. Il sera par la suite accusé d’avoir simulé lui-même son enlèvement à l’effet de demander l’asile.

C’est donc depuis l'Angleterre, et à travers une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, qu’il a réagi sur le décret présidentiel le suspendant du corps de la magistrature. Il déclare que la note présidentielle n’a aucune portée sur lui. Dans la foulée, il accuse le régime de Paul Biya d'être comrompu. Il va même avouer qu’il est ambazonien, mais un ambazonien qui lutte pour l’instauration d’un Etat.

Réagissant sur cette affaire, Rebecca Enonchong a déclaré que le juge revoqué se comporte maintenant comme s'il était victime du système, alors qu’il en a plutôt tiré des bénéfices. « Vous étiez l'un des juges les plus corrompus que j'aie jamais rencontrés au Cameroun. La justice ne signifiait rien pour vous quand vous aviez ce pouvoir, donnant une mauvaise réputation à tous les Camerounais du Sud. Maintenant, vous vous comportez comme si vous étiez victime du système dont vous avez profité », a écrit sur son compte twetter l’une des femmes africaine les plus influentes. Avant de poursuivre « N'oses pas venir ici et donner à qui que ce soit des leçons sur la justice, et des droits de l'homme. Pendant que tu étais assis dans ton bureau, en signant des ordonnances judiciaires pour voler et voler des orphelins. Oui, vous n'avez pas besoin d'argent parce que vous êtes devenu riche de votre entreprise criminelle en utilisant ce titre «Justice» et votre stylo».

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur