Cameroun-tribalisme : Edmond Kamga s'attaque à certains médias et condamne les propos excessifs de Patrice Nganang »

Edmond Kamga

Le journaliste consultant à l'émission Droit de Reponse, a fermement condamné les propos de l’écrivain et activiste camerounais ce dimanche 14 juillet 2019 lors de son intervention sur la chaine de télévision, Equinoxe.

L’émission dominical Droit de Réponse n’a pas déroger à sa culture ce weekend en rassemblant autour de son plateau, les membres de l’opinion public et les hommes politiques. Le centre d’intérêt était la discussion sur la montée du tribalisme au cameroun et la crise sociopolitique. Parmi les invités qui ont fait leur intervention sur le sujet, l’on a noté la présence très marquée d’Emond Desire Kamga. Ce journaliste, a fortement exprimé son indignation après les propos de Partice Nganag, propos qui selon le quotidien CAMEROUN TRIBUNE, appellent au génocide contre la communauté Bulu.

Tout en disant « non à l’indignation sélective, non à la stigmatisation des communautés Bulu », le paneliste a critiqué la partialité de certains media camerounais et les leaders d’opinion d’avoir tenu des propos similaires mais avec aucune réaction du gouvernement ni des médias.

Il a cité entre autres, le journaliste Jean Jacques ZE, qui disait au début de la crise dite anglophone, qu’il « faut dératiser les régions anglophones …». Dans la même lancée, il a cité l’homme politique, Banda Kani, qui avait lui aussi estimé que, « Paul Biya est même trop gentil avec les anglophones. La constitution lui donne le droit de tuer tout le monde pour préserver l’unité du pays... ».

Pour ne citer que ceux-ci, le paneliste a estimé qu’il y a une sorte d’injustice dans le traitement d’information par certains médias ; car dit-il, lorsque les propos ne sont pas contre le régime en place, l’on ne reçoit aucune condamnation de la part du gouvernement.

Il convient de noter que ces débats sur le tribalisme qui font le tour des panels aujourd’hui, ont ouvertement vu le jour après les élections du 7 octobre derniers. Cet évènement a donné naissance aux appellatifs ; Tontinard et Sardinard et a contribué à la division de la plupart des camerounais en deux groupes respectifs. La création de ces termes a également engendré une sorte de guerre virtuelle et tribale, sur les réseaux sociaux.