Catastrophe de Bafoussam : il faut laisser le nom du Président de la République en paix

  • 31-10-2019

A ce jour, la catastrophe de Gouache a déjà fait 43 morts et plusieurs centaines de personnes blessées et sans abri. Fidèle et très sensible à son peuple, le Président Biya est promptement intervenu, en débloquant 200 millions de FCFA.

A la tête d’une forte délégation ministérielle, le ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji a relayé la bonne nouvelle aux sinistrés. Depuis que cette catastrophe a eu lieu, certaines mauvaises langues, éternels ennemis de l’émergence du Cameroun, avaient vite fait de passer par les radios et télé, et quelques journaux de la place, pour lancer leur traditionnelle campagne de dénigrement du Chef de l’Etat et son gouvernement. « C’est Paul Biya qui est à l’origine de l’éboulement de terrain de Gouache. C’est Paul Biya qui a… C’est Paul Biya… ».

En deux journées on a appris des balivernes visant à ternir l’image de marque d’un homme d’Etat soucieux de la prospérité de son peuple. Paul Biya a donc agi, et va continuer à agir partout où besoin sera. C’est lui le Président de la République du Cameroun et non quelqu’un d’autre.

Il est garant de la sécurité et du bien-être de tous les Camerounais. Bien avant Bafoussam III, le Président Biya a spontanément agi dans d’autres circonstances et dans d’autres localités de la République, pour consoler, soulager et aider les populations sinistrées à se réinstaller après un sinistre. Le Président de la République est un homme d’action. Il est également un homme de parole. Il n’a jamais abandonné un Camerounais en situation critique. Les 200 millions de FCFA envoyés à Bafoussam vont aider les 150 familles meurtries à se réinstaller sur un autre site Paul Ngouaré Kindji plus commode. Il s’agit d’un geste salvateur.

Un coup de pouce présidentiel qui arrive à point nommé, pour redonner espoir à plusieurs centaines de personnes affaiblies par la violence d’une pluie torrentielle.

Après ce geste, d’autres gestes du Chefs de l’Etat arriveront pour consolider le processus d’installation définitive de ces personnes. Les familles endeuillées bénéficient aussi du même soutien. Le Président Paul n’a oublié personne.

Il a du cœur pour tous ses enfants. Il reste à chaque Camerounais de prendre conscience de ses actes. Ce n’est pas le Président Paul Biya qui a demandé aux populations d’aller s’installer sur des sites dangereux.

Ce n’est non plus son gouvernement. Quand on a pris l’engagement de construire une maison sur une zone à haut risque ; il faut s’attendre à la catastrophe.

Quand cela arrive, il faut laisser le nom du Président de la République en paix. Car il n’a envoyé aucun citoyen à occuper un terrain exposé à tout moment à la catastrophe.

A bon entendeur, salut.

Réalités Plus. N°0082, 31 Octobre 2019