Fridolin Nke : « Fame Ndongo m’a reçu à son bureau et m’a dit rejoins nous on combat les Bamiléké »

Fridolin Nke

L’enseignant de philosophie à l'université de Yaoundé 1, le Dr Fridolin Nke, était hier dimanche 29 novembre sur le plateau de « La Vérité en Face ». Les journalistes d’Equinoxe TV ont interrogé l’universitaire sur plusieurs sujets. De la gestion des élections au Cameroun à la crise anglophone, en passant par l'opposition camerounaise, ou encore l’Enseignement Supérieur au Cameroun.

Bribes:

"J'ai été candidat pour le compte du PURS et je me suis rendu compte que j'étais avec des gens qui n'avaient aucune conviction. J'étais avec des gens qui me disent qu'ils sont chef de parti, et qui me disent, 'tu vas sur le terrain, si tu as des problèmes, tu me dis je vais appeler Atanga Nji'. J'ai vu des magouilles entre un autre parti et l'élite politique prédominante, c'est-à-dire le ministre Eyebe Ayissi"

 "On ne peut pas laisser notre pays s'enfoncer à ce point. On a cette espèce de larbinisme de la part des agents d'Elecam envers le RDPC. Ça ne doit plus de faire

On ne doit plus laisser les imposteurs occuper l’espace public. J’ai interdit à MEON (Mathias Eric Owna Nguini) : Tu ouvres la bouche en public, je te neutralise "

"Fame Ndongo m’a reçu à son bureau et m’a dit rejoins nous on combat les Bamiléké. On prend un petit type au Sud, parce qu’il est  Bulu, on l’emmène à l’université. Vous avez déjà vu çà où ? On les place toujours dans les postes où il y a l’argent, des postes où il faut compter l’argent. Ils finissent de me museler à l’Université et me rappelle pour qu’ensemble on combat les bamilékés...Je me demande bien si ça va chez eux" 

Je suis penchant pour le Mrc,  on doit tout boycotter, on ne doit plus laisser ce régime renouveler son système. On a mis à la tête de nos universités un type foncièrement tribaliste, il ne se cache pas" 

"Pour revenir aux doubles scrutins, j’ai été sidéré par la réaction du sous-préfet sans savoir pour qui j’allais me présenter comme candidat, il m’a appelé pour me dire que je ne vais nul part et que je ne dois pas me déranger pour une quelconque candidature car les résultats sont connus" 

"Ne sachant pas pour qu’elle parti j’allais me présenter, je me suis penché vers le Purs, mais très tôt je me suis rendue compte qu’il n’en était rien de ce qu’on peut penser. Directement, je me suis dit pourquoi ne pas aller au Mrc postuler pour la députation, car c’est le seul parti qui peut faire face à ce régime. Ce sous-préfet en face m’a dit tu peux être candidat pour tous les autres partis politiques d’oppositions, mais pour le Mrc jamais, le pouvoir va s’abattre su   Mais je vous le dis ayant vu ce qui s’est passé dans la Lekie à Obala, ces élections sont une farce, ce régime n’a aucune notion de transparence. Dans mon village les éléments de la GP ont tabassé mes scrutateurs intimant à toutes la population de Mimkama de voter pour  Biya »r toi si tu essaie".