Installation du nouveau directeur de l’AFC de Dschang: Jean Willy Ekom pour implémenter la démarche qualité à l’Alliance.

© photo, Roch Kenfack: Mireille Laure Ndoungue Tsague PCA AFC-D

Le 10 juillet dernier, madame le PCA de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang, AFC-D, a installé le nouveau directeur de la structure, en présence du préfet de la Menoua.

« Résolument tournée vers la quête de performances, à travers la démarche qualité, et dans le respect des exigences du profil professionnel par poste de travail, l’Alliance franco-camerounaise s’est trouvée dans la nécessité de recruter un nouveau directeur… »

Voilà ce qui peut être retenu du discours d’installation prononcé, le vendredi 10 juillet 2020, par Mireille Laure Ndoungue Tsague, président du conseil d’administration (PCA), de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang (AFC-D). C’était en présence du préfet de la Menoua, lors de la prise de fonction du nouveau directeur, de cette structurelle culturelle et pédagogique.

A Jean Willy Ekom, impétrant, nouveau venu dans la cité capitale touristico-culturelle de l’Ouest, le PCA de l’AFC-D a assigné un cahier de charges, plus aisé à répéter qu’à mettre en œuvre : « En tant que responsable du personnel, votre plus votre plus grand défi sera de conjuguer la large diversité de compétences, sous votre autorité placée, avec les réalités du terrain… »

Durant son intervention, Godlive Mboke Ntua, préfet de la Menoua, a invité le directeur tout fraîchement installé, à se distinguer par : « son assiduité au poste, sa célérité dans le traitement des dossiers, et sa capacité à rester au-dessus des querelles intestines, afin de mériter la confiance que le conseil d’administration vient de placer en [lui]… »

Et à Elie Poudeu, directeur sortant, madame le président s’est montrée rassurante : « Nous continuons à avoir besoin de vous, toujours à nos côtés… » Comme preuve de ce qu’il y a aussi eu du positif dans l’ancienne gestion, elle a décerné à l’ex-manager un diplôme de félicitations, accompagné d’une enveloppe symbolique, de cinq cent mille (500 000 Fcfa). De plus, ce dernier s’est vu confier la fonction de directeur adjoint.

Le fonctionnement de l’AFC-D s’articule autour de deux axes. Il y a d’abord le conseil d’administration (CA). Ce pôle stratégique est placé sous la présidence d’un PCA, c’est ici qu’est défini la politique générale de l’association. Le second axe est la direction, ou le pôle opérationnel. Il est coiffé par un directeur, à qui incombe la charge d’implémenter la stratégie, voulue par le CA.

Jean Willy Ekom est né le 9 septembre 1982 à Ebolowa. Il est titulaire d’une licence en droit (2005), de l’université de Yaoundé II-Soa. Précédemment, il a servi à Yaoundé, au sein des ressources humaines de l’Agence française de développement (AFD).

A l’occasion de cette cérémonie courte, mais où le conseil d’administration n’a pas hésité à mettre les petits plats dans les grands, l’ensemble des employés récemment recrutés ont également été installés dans leurs fonctions.

Roch Kenfack

---------------------------------------------------------------------------

Présentation de l’AFC-D par madame le PCA, à l’issue de la cérémonie :

(Mireille Laure Ndoungue Tsague)

L’AFC-D est une association de droit local et à but non lucratif. Sa mission principale se résume à impulser et valoriser les cultures et les langues locales, ainsi que la langue française. L’Alliance offre à ses membres l’opportunité de se livrer à des activités ludiques, culturelles, artistiques et linguistiques, à travers des ateliers : de musique, d’écriture, de langue, de théâtre, de cinéma(…), qui s’ouvrent en après-midi, à la sortie des classes et le samedi. Nous accueillons aussi des artistes d’ici et d’ailleurs, pour des résidences de création en : théâtre, peinture, littérature…

L’autre volet de vie ce sont les activités pédagogiques, qui assurent quatre-vingts pour cent (80%) de l’ensemble de nos recettes. Et pour espérer atteindre les objectifs de la démarche qualité, que nous nous sommes fixés librement, nous avons investi énormément sur le pédagogique, en termes de manuels didactiques et de divers outils de travail. Globalement, les activités pédagogiques consistent en l’enseignement des langues locales (yemba et njimom pour l’instant), ainsi que de langue française.

Sur le plan infrastructurel, nous planifions la construction d’un bâtiment multifonctionnel, dans le but d’abriter une ludothèque pour enfants. Notre intention étant d’accueillir nos jeunes membres dès leur bas âge. Voilà pourquoi notre responsable pédagogique a déjà commencé à écumer des formations d’enseignement (écoles, lycées, universités…), où il effectue un marketing de proximité, dans cette intention.

Le nouveau directeur pose ici avec des personnalités

Le nouveau directeur pose ici avec des personnalités

Vue synoptique de la salle

Vue synoptique de la salle