Bafoussam : Les déplacés de la crise anglophones reçoivent des dons

Bafoussam : Les déplacés de la crise anglophones reçoivent des dons

Grâce au geste de cœur d'une femme chrétienne engagée, plusieurs familles anglophones réplacées dans la région de l'Ouest et précisément dans le département de la Mifi à Bafoussam, ont reçu plusieurs dons composé des d'entrée alimentaires à savoir, riz, savon et bien d'autres

Il convient de souligner que la crise dite anglophone à fait fuir plusieurs habitants de certains coins des régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest. Les populations apeurées par les exactions des éléments de la république fantôme d'Amazonie, préfère laisser leurs habitations, surtout que leurs enfants n'arrivent pas à fréquenté normalement. C'était donc une occasion idoine pour la donatrice lors de cette cérémonie d’hier mercredi 29 mai 2019, d'apporter un message d'exhortation pour la paix à l'attention des filles et fils du Cameroun.

« Notre pays vit depuis presque trois ans un contexte social difficile. Nous devrions réapprendre à nous souder les uns les autres. Nos diversités devraient être un point d’appui pour la construction de notre pays et non un facteur de division car nous sommes tous fils et filles d’une même nation qui est le Cameroun. Le courage, la tolérance, l’espoir, l’avenir, la paix, la solidarité et la sécurité sociale sont autant de mots de valeur qui résonnent plus dans nos têtes et dans nos cœurs. Restons toujours unis avec un regard positif sur l’avenir. Ayons le sens de la tolérance, du pardon, et de l’espoir pour éviter les sinistres. Chers frères et sœurs Camerounais, nous sommes tous enfants de ce beau pays et avons eu la chance d’y naitre. Pourquoi nous entre-déchirer ? Pourquoi ne pas nous comprendre mutuellement pour mettre fin à ce fléau qui nous mine et continue de nous rétrograder ? Parce qu’il faut malgré tout chercher à avancer, Oui avancer pour le rayonnement du Cameroun, Oui avancer pour le développement de notre cher et beau pays. Ça fait mal de voir les enfants d’une même patrie se déchirer, de voir des déplacés qui n’aspirent qu’à la paix. Mon Dieu !!! Faisons quelque chose, Encore quelque chose. Et toujours quelque chose pour notre chère patrie. Surtout, pour ces déplacés qui entre autres n’ont rien à manger. Regardons-nous dans le miroir, que dirions-nous à l’Eternel ? NON, NON ET NON au désordre. Comme le disait le penseur Marc Aurèle dans les maximes, sentences et pensées, 1803 « qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l’univers. » Traduisant ainsi notre apport personnel pour un retour certains sans hésitations de la paix dans notre cher et beau pays. Dans le même ordre d’idées, Mère Teresa disait: « tout acte d’amour est une œuvre de paix, si petit soit-il. » Voilà donc la raison de mon message et même de ma présence ici. Sentons nous chez nous partout où nous trouvons dans notre pays, car nous réfutons le tribalisme, la haine, la médisance… mais prônons le vivre ensemble. Le désordre est l’un des pires ennemies de la paix et du développement. En effet, Avec le désordre rien ne peut avancer. Qu’allons-nous par conséquence léguer aux générations futures ? Il est temps qu’on se mette en harmonie pour rechercher et maintenir la paix dans notre environnement, protéger la vie et prévenir la mort et la destruction. Revenons aux bons sentiments pour restaurer la paix et empêcher au désordre de continuer de sévir, de faire davantage de ravages et toucher d’autres innocents qui veulent seulement vivre dans la paix. Chaque camerounais à quelque niveau que ce soit doit se sentir interpellé et faire la paix avec soi-même et avec les autres. Un adage dit à juste titre que « le linge sale se lave en famille ». Apaisons nos cœurs, enterrons nos divergences et points d’achoppement, cultivons la paix, l’amour des uns pour les autres, la tolérance... Faisons de nos diversités une force et point d’appui pour le développement. Militons pour le « VIVRE ENSEMBLE » afin qu’il devienne notre CREDO ou mieux notre SLOGAN. EN DEFINITIVE, NOUS DISONS : NON AUX DESTRUCTIONS MULTIFORMES. NON A LA HAINE ET AU RESSENTIMENT. NON AU TRIBALISME. OUI A LA PAIX. OUI AU DIALOGUE. OUI A LA TOLERANCE ET AU PARDON. OUI A L’AMOUR. ET ENFIN OUI POUR LE « VIVRE ENSEMBLE ». QUE DIEU TOUT PUISSANT NOUS BÉNISSE>>.A vivement recommandé Édith Rachel FOTSO femme d'affaire et chrétienne engagée.

Sujets liés

Redigé par: Marcel Ndi

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur

Vivez une meilleure expérience en utilisant notre application mobile
237 Actu.
Vous pouvez télécharger gratuitement celle qui s'installe sur votre téléphone en cliquant sur un des boutons ci-dessous.

Non, plus tard, Merci!

237 Actu