La dépouille de Martin Belinga Eboutou accueilli à Yaoundé

La dépouille de l’ancien directeur du Cabinet civil de la présidence est arrivée hier à l’aéroport international de Yaoundé. Ce sera son dernier séjour sur le sol de Yaoundé. Moins de deux heures.

Arrivé à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen en provenance de Genève en Suisse, un hommage a été rendu hier à Martin Belinga Eboutou. Une cérémonie empreinte de sobriété pour accueillir la dépouille mortuaire de l’ancien directeur du Cabinet civil de la présidence de la République. Après l’arrivée, la dépouille a immédiatement été conduite vers la salle pour un office religieux.

Sur place, attendaient, dans la douleur, proches, amis, membres du gouvernement, parlementaires, entre autres. Le président de la République était représenté, pour la circonstance, par le ministre directeur du Cabinet civil, Samuel Mvondo Ayolo.

Pour l’office religieux, un collège de prélats conduit par Mgr Christophe Zoa, évêque de Sangmélima. Ce sera une célébration brève. Pour partager un message de pardon et de miséricorde pour celui qui ne fut qu’un humain. « Celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors. Telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé. Que celui qui voit le Fils de l’Homme et croit en lui ait la vie éternelle, et moi je le ressusciterai au dernier jour ». Un extrait de l’Evangile selon Saint Jean, lu sur place.

Dans son homélie, Mgr Christophe Zoa a insisté sur le caractère humain et donc, pécheur de chaque être. « Ta route n’a jamais été facile comme pour nous tous. Tu as fait l’expérience du péché comme nous tous », a-t-il dit, s’adressant directement au défunt.

L'info claire et nette.

Avant de rappeler que Martin Belinga Eboutou a essayé, autant que possible, de construire la communauté de Sangmélima. Il a rappelé, entre autres, son apport pour la construction de la Cathédrale Saint Joseph de Sangmélima, autant que la construction de la paroisse dans son village, Nkilzok par Zoétélé.

Une église dédiée à Saint Jean-Paul II, celui qui prêchait la miséricorde divine. Tout un symbole, à en croire l’évêque de Sangmélima.

Immédiatement après cet office, vers 19h45, la dépouille mortuaire a pris la route de Zoétélé dans le département du Dja-et-Lobo. Une messe devait y être célébrée hier soir.

Avant le départ ce vendredi matin pour Nkilzok, où une autre célébration est prévue à 11h. Directeur du cabinet civil de la présidence de la République de 1996 à 1997, puis de 2010 à 2018, Martin Belinga Eboutou a rendu l’âme à Genève en Suisse le 8 mai 2019, des suites de maladie

 

CamerouTribune

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur