Grande manifestation de Bafoussam : Le Prince Njoya ( fils du Roi Mbombo Njoya) accuse Niat Njifenji et Jean Nkueté d’avoir « piégé » son père

https://237actu.com/Grande manifestation de Bafoussam : Le Prince Njoya ( fils du Roi Mbombo Njoya) accuse Niat Njifenji et Jean Nkueté d’avoir « piégé » son père
Actualités

Grande manifestation de Bafoussam : Le Prince Njoya ( fils du Roi Mbombo Njoya) accuse Niat Njifenji et Jean Nkueté d’avoir « piégé » son père

Il indique par ailleurs que son papa ne prendra plus part à cette grande manifestation  programmée pour demain samedi 20 juillet à Bafoussam, chef-lieu de la région de l’Ouest.

Le fils du roi des Bamoum est formel, son père s’est fait piéger par deux hautes personnalités de la république en lançant cet appel au rassemblement, il s’agit selon lui de Marcel Niat Njifenji, président du Senat et de Jean Nkueté, secrétaire général du comité central du RDPC.

« Je peux déjà vous dire qu’aujourd’hui que mon père ne sera pas à Bafoussam le 20, samedi», a-t-il précisé, avant de raconter que « le Sultan Roi des Bamoum était au Palais (à Foumban) en train de s’occuper de ses problèmes. M. Nkueté et M. Niat sont venus le voir avec une lettre déjà écrite, lui disant que ‘‘nous avons décidé de soutenir notre Président’’ ».

« Nous avons attendu pour que ces messieurs prennent leurs responsabilités pour dire que mon père n’a rien à voir avec cette initiative, mais ils n’ont rien fait. Voilà pourquoi j’ai décidé de faire cette vidéo», ajoute le prince des Bamoum, qui est par ailleurs conseiller de son père.

Pour finir , il exhorte Jean Nkuete et Niat, à assumer leurs responsabilités et de dire que son père n’a rien à voir avec les marches de samedi.

Pour memoire, cette initiative qu’on dit être du sénateur, le sultan Ibrahim Mbombo Njoya, chef de la délégation permanente du RDPC pour la région de l'Ouest, fait l’objet des véritables critiques sur la toile.

Elle a pour but, dit-on, de dénoncer les agissements de la Brigade Anti-Sardinards (BAS), nom de cette organisation née au sein des diasporas camerounaises au lendemain du scrutin présidentiel du 07 octobre 2018, très hostile au régime du président Biya. Mais aussi de dénoncer « tout discours haineux et tribal, de promouvoir la cohésion et la paix nationale », aussi dénoncer les attaques contre les institutions républicaines incarnées par le chef de l'Etat.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur

Vivez une meilleure expérience en utilisant notre application mobile
237 Actu.
Vous pouvez télécharger gratuitement celle qui s'installe sur votre téléphone en cliquant sur un des boutons ci-dessous.

Non, plus tard, Merci!

237 Actu