Climat sociopolitique : Maurice Kamto se prononce sur la lourde peine infligée par le tribunal militaire à Ayuk Tabe et Cie

Ayuk Tabe, leader des séparatistes, et neuf de ses partisans ont été condamnés, hier mardi 20 août, à la prison à vie par un tribunal militaire de Yaoundé.

Accusés entre autres de « révolution » « terrorisme », « sécession », Julius Sisiku Ayuk Tabe, Nfor Ngala Nfor, Tassang Wilfried Fombang, Henry Kimeng, Cornelius Njikimbi Kwanga, Fidelis Che, Che Augustine Awasum, Egbe Ogork, Eyambe Elias et Shufai Blaise Sevidzem, devront également payer 125milliard de FCFA à l'Etat camerounais à titre de dommages et intérêts et  125 milliards de FCFA à la partie civile, soit un total de 250 milliards.

Une lourde peine critiquée par une partie de l’opinion « C’est une décision qui ne respecte pas les droits fondamentaux des prisonniers. Une décision honteuse, reflet du management honteux de notre gouvernement, qui dit être en train de voir quelles solutions adopter pour résoudre la crise et avoir un dialogue inclusif. Ayuk est un leader suivi, des gens le respectent. Si on le condamne à la prison à vie, c’est pour radicaliser des gens qui le soutiennent », regrette l’avocat en droit humain Me Agbor Balla.

Même sonne de cloche pour Maurice Kamto, écroué et poursuivi lui aussi par le tribunal militaire dans la cadre des revendications post électorales. « Peu importe ce qui était reproché aux intéressés à l'occasion de ce "procès militaire", des civils ne peuvent être jugés en l'état actuel du droit positif camerounais devant un tribunal militaire. Or c'est ce qui est arrivé avec AYUK et autres», dénonce-t-il, ainsi que ses alliés, dans un communiqué publié par son porte-parole Olivier Bibou Nissack

Intégralité du communiqué MRC & ALLIES (Agir/Act, La Dynamique, MPCN…)

COORDINATION DE LA TASKFORCE COMMUNICATION COMMUNIQUE DE PRESSE SUITE A LA CONDAMNATION D’AYUK TABE SISIKU & AUTRES PAR LE TRIBUNAL MILITAIRE DE YAOUNDE

Le Président élu Maurice KAMTO et ses ALLIÉS, notamment MM. Christian PENDA EKOKA, Président de l'association Agir/Act, Albert DZONGANG, Président du Parti ‘‘La Dynamique’’, et Paul Eric KINGUE, Président du Parti MPCN, ont appris la condamnation nocturne de MM. AYUK TABE SISIKU et autres par le Tribunal Militaire de Yaoundé, ce mardi 20 août 2019, à des peines d'emprisonnement à vie et à plus de 260 milliards d'amende, et font savoir à l'opinion publique ce qui suit:

1-Peu importe ce qui était reproché aux intéressés à l'occasion de ce "procès militaire", des civils ne peuvent être jugés en l'état actuel du droit positif Camerounais devant un tribunal militaire. Or c'est ce qui est arrivé avec AYUK et autres. 2-Peu importe les raisons pour lesquelles des citoyens Camerounais sont poursuivis, leurs droits, et tous leurs droits, doivent être respectés pour une saine administration de la justice. Le déroulement de ce procès militaire n'en a pas donné l'impression.

3- En ces temps où l'idée de dialogue inclusif longtemps mise en avant par l'alliance MRC & ALLIÉSet partagée par nombre d'autres acteurs nationaux et internationaux depuis lors, est plus que jamais devenue une évidence sur laquelle tout le monde s'accorde, cette condamnation est incompréhensible, dans la mesure où les personnes condamnées apparaissent aujourd'hui comme des interlocuteurs déterminants à ce dialogue inclusif si l'on tient à son succès et au retour à la paix, dialogue dont la nécessité se fait plus urgente chaque jour qui passe.

4- L'alliance MRC & ALLIÉS doute que la condamnation ainsi survenue apporte un terme à la crise que le régime illégitime de Yaoundé a déclenché et exacerbé.

5-L'alliance MRC & ALLIÉS exprime ses doutes quant à la bonne volonté des tenants du régime d'aboutir au plus tôt, et de préférence avant la rentrée scolaire, à la mise en place des prémices partagés d'un retour au calme dans les Régions Nord-ouest et Sud-ouest.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur