Le grand dialogue national annoncé par le président Paul Biya, dans un discours le 10 septembre dernier, se tiendra du 30 septembre au 4 octobre prochain.

En effet, des parties prenantes ont été appelées à donner leur contribution en vue du dialogue. Jusque-là, plusieurs consultations ont eu lieux entre le premier ministre et l’opinion. Dans le même ordre d’idée, les activistes de la diaspora au nom de la « brigade antisardinard » ont exigé la libération de Maurice kamto, la libération de leaders séparatistes et un cessez le feu permanant dans les régions anglophones.

La « brigade » insiste qu’elle ne prendra part au dialogue qu’en cas de respect des conditions posées pus haut.
Ces propositions font partie de bien d’autres, reçues par le chef du gouvernement depuis la semaine dernière pour un bon déroulement du dialogue.

Par ailleurs, selon le quotidien d’expression anglaise THE SUN, les ressortissants anglophones réclament pour leur part, le fédéralisme à 10 Etats, un system de présidence interchangeable entre francophones et anglophones, la libération des leaders séparatistes emprisonnées à vie, l’existence d’un médiateur neutre pour le dialogue…

 bsa

 

 

 

Redigé par: Mounir Luqman

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur