Le tribunal militaire de Yaoundé a ordonné ce jour, suite à une décision du président Paul Biya, l'arrêt des poursuites et la remise en liberté de 102 opposants, dont le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, Maurice Kamto, candidat malheureux à la présidentielle de 2018.

 L’opposant arrivé deuxième lors du dernier scrutin présidentiel n’a pas trop tardé pour livrer ses premières impressions

« Je vous avais dit que je ne vous trahirai jamais… La lutte que nous menons, est une lutte politique et elle se fera avec moi dans la paix… Le grand chantier de la lutte politique que nous avons devant nous, est la lutte pour le respect des droits civiques et citoyens, et la révision du code électoral, afin que vous choisissiez les dirigeants que vous méritez. Et je compte sur vous pour m’aider dans cette lutte jusqu’au bout dans la paix », a réagit l’homme politique après sa remise en liberté.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur