Le virulent séparatiste, le « général Field Marshal », vient d’être intronisé dans le département du Lebialem, une localité située dans la région du Sud-ouest, l’un des foyers de la crise meurtrière qui déchire cette partie du pays.

De son vrai nom Lekeaka Oliver, les vidéos de ce chef de guerre séparatistes circulent sur la toile de façon virale. L’on peut alors clairement voir le général Field Marshal vêtu d'une tenue traditionnelle de cette région, ayant à ses cotés une jeune femme qui s’apparente être la « rêne », mais aussi des individus présents derrière lui que l’on présente comme « ses notables ».

Sauf que l’intronisation du général Field Marshal ne fait pas l’unanimité au sein du mouvement séparatiste, Tapang Ivo Tanku, porte-parole des forces armée Ambazonien affirme en «s’imposant» en tant que roi de Lebialem que «le maréchal» a violé la culture d’un peuple vulnérable.

Le porte-parole séparatistes basé aux Etats-Unis a eu l'occasion de twitter le lundi 7 octobre 2019 pour rappeler à l'ordre le chef des Red Dragons.: «Alors que nous recherchons une réforme politique fondée sur le droit à l'autodétermination, nous refusons et dénonçons le viol de la culture. Notre objectif n'est pas d'abuser des droits culturels d'une communauté vulnérable. Nous devons protéger leurs droits et ne pas les reprendre », a-t-il écrit.

Le 1 er octobre dernier, date marquant la célébration de la prétendue indépendance de l’Ambazonie, le général Field Marshal avait été accueilli en grande pompe dès son arrivée au lieu des fêtes. Un semblant de défilé militaire va s’en suivre avec la levée du drapeau séparatiste.

Le 31 décembre 2018, l'armée camerounaise avait pourtant annoncé qu'elle avait tué «Le maréchal», Lekeaka Oliver, à Lebialem, bien que sa mort ait été rapidement dementie par le gouvernement intérimaire d'Ambazonia.

Il va refaire surface dans une vidéo une semaine plus tard, prouvant que les informations sur son décès étaient bien fausses. 

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur