Kah Walla

Kah Walla voit mal le Cameroun sortir de la zone de la zone de turbulence avec toujours à sa tête le vieux président.

L’activiste politique, très hostile au régime de Paul Biya, a été interpellée sur le comment ramener la paix au Cameroun, notamment dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest.

Bien connue pour son franc-parler et son intransigeance, Kah Walla qui a récemment pris part au forum de Munich (Allemangne) pour la transition politique au Cameroun, ne tourne en rond pour faire savoir que la stabilité du Cameroun passe désormais par le départ au pouvoir de Paul Biya, 86 ans dont 37 à la tête du pays. Elle soutient qu’il faut rapidement stopper la destruction du pays par le régime Biya.

L’initiatrice de mouvement « Stand up For Cameroon », Et du « vendredi en noir » explique que le régime Biya doit être balayé par une révolution « non violente » à l’image du Burkina Faso, du Soudan ou encore de l’Algérie. «On doit s’exprimer, et c’est de notre droit absolu consacré par la constitution », déclare la femme de 54ans.

Une fois le régime tombé, poursuit la présidente du Cameroon people’s party (CPP), l’on devra mettre en place un gouvernement de transition qui devra faire deux ans et conduire le dialogue national. « Les Camerounais doivent s’asseoir autour d’une même table pour reconstruire l’Etat post colonial », mentionne-t-elle, ajoutant que « Le régime actuel a perdu toute crédibilité ».

Au sujet du grand dialogue national qui vient de se tenir à Yaoundé, la candidate classée sixième avec un score 0,72% lors du scrutin présidentiel de 2011, explique que le régime n’appliquera jamais la décentralisation réclamée. Elle pense que ce grand dialogue était juste « grand show » pour tenter de calmer les esprits.

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur