Au lendemain de la célébration du 37ème anniversaire du Renouveau national, le député du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) dévoile des écueils qui font problème au sein du parti au pouvoir

Invité au poste national de la Crtv en cette matinée du 7 novembre 2019, l’honorable Jean Marie Ngah Koumeda n’a pas caché son fanatisme pour le parti de la flamme : « Je dois dire que je suis atteint de la pathologie de Paul Biya », a-t-il répondu à la question de savoir r s’il était rdepciste ou biyaiste.

Au-delà des crises de haine ou encore de jalousie que manifesteraient certains à son encontre, l’homme politique dit accomplir son devoir de militant patenté en quelque circonscription que ce soit.

« C’est vrai que je suis une personnalité influente de la Lékié (département d’origine, Ndlr), mais ma place est aujourd’hui dans le Mfoundi. N’en déplaise à certains. Je ne sais pas pourquoi je fais peur ", a déclaré le député à l’Assemblée nationale.

A l’analyse de Jean Marie Ngah Koumeda, le Rdpc n’est pas un long fleuve tranquille du point de vue du fonctionnement interne : « J’ai posé un problème qui est là ; le président de la République a dit il n’y pas de militant de première ni de dernière heure. Je suis là pour servir le parti et rien que le parti même si certaines personnes ne veulent pas me voir », explique-t-il.

Par ailleurs, l’homme de la Lékié dit être traité comme un trouble-fête pour sa franchise et sa sincérité : « On m’a appris dès mon jeune âge à dire la vérité et rien que la vérité même si ça doit me couter la vie et c’est pour cela que les gens n’aiment pas me voir », confie-t-il au microphone de la Crtv.

En clair, « Vous retrouvez dans notre parti des kleptocrates, des arnacoprofitisituanistes, ces brebis galleuses dont le président de la République chante tous les jours. Des hommes d’affaires qui sont venus dans le parti se faire des complices avec les ministres, qui travaillent pour le compte des ministres et qui en réalité sont des petits bandits de grand chemin qui ont encerclé le parti. Et c’est ça justement que nous décrions », dévoile l’opérateur économique.

Par contre, le membre du comité central du Rdpc propose le respect des droits des militants de base par les le sommet tel que prescrit par le président national afin que les deux forment une sorte de symbiose. « L’eau vient toujours en haut pour alimenter le sol et le sol doit donner la force à la cime pour que la cime évolue », a théorisé le biyaiste.

 

Avec LeBledParle

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur