olembe

Après avoir été recalé par le gouvernement camerounais pour retard dans l’avancement des travaux du stade, l’entreprise n’entend pas lâcher l’affaire.

En effet, Gruppo Piccini, l’entreprise italienne chargée de la construction du complexe sportif d’Olembé, constitué, entre autres, d’un stade de 60 000 places, a été notifiée, le 29 novembre 2019, de la décision n° 0253 résiliant son marché d’une valeur de 163 milliards de FCFA. Cette décision a été signée par le ministre des Sports et de l’Éducation physique, Narcisse Mouelle Kombi, principal maitre d’ouvrage de ce chantier. Du berger à la bergère l’entreprise par l’entremise de président de Piccini, Makonnen Asmaron , a publié un communiqué lendemain.

« En tout état de cause, il est de notre juste et légitime droit, de communiquer que la décision du ministre est un acte administratif susceptible de tout recours approprié. Il va donc s’en dire qu’à défaut d’une annulation de cette décision dans les 72 heures, Gruppo Piccini fera valoir ses droits et entamera les procédures pour protéger ses intérêts sur le plan national et international », menace-t-il.

« Cette décision intervient alors même que les travaux se poursuivent sur le site, pour respecter les engagements mutuels pris en octobre 2019 à l’issue des réunions des 18 et 19 octobre 2019 dans le cabinet du ministre. Lors desdites réunions, le gouvernement camerounais, par la voix du ministre, maître d’ouvrage, nous a clairement et sans équivoque, instruit de prendre toutes les dispositions, pour une livraison des travaux CAF [Confédération africaine de football] du stade à la fin du mois d’avril 2020. Le ministre s’engageait en contrepartie, pour un accompagnement financier avec paiement des décomptes en urgence. Cet engagement qui n’a pas été et n’a jamais été honoré, malgré la démonstration de la bonne foi de l’entreprise qui s’est imposé un nouveau chronogramme pour l’exécution des travaux, avec la conséquence vérifiable d’une livraison effective du terrain de jeu en décembre 2019 au lieu de janvier 2020 comme il était convenu. », explique le groupe italien.

Aussi, selon Makonnen Asmaron, la décision du ministre des Sports intervient après confirmation des autorités camerounaises d’accompagnement du projet, en attendant les décomptes, par une garantie bancaire en vue de permettre à l’entreprise de refinancer l’accélération du projet. Elle fait également suite de la requête de prorogation des financements italiens à la date du 31 mars 2021, introduite par le gouvernement camerounais le 7 novembre 2019.

Le même 30 octobre 2019, Narcisse Mouelle Kombi a publié un communiqué. Le membre du gouvernement martèle que sa décision a été prise au regard de « graves » défaillances de l’entreprise et de la violation de dispositions réglementaires et contractuelles. C’est au regard de tout cela que la résiliation a été décidée suite au constat de l’impossibilité de Piccini de livrer l’infrastructure dans les délais requis, à cause d’une longue période d’arrêt unilatéral des travaux suivi d’un abandon du chantier.

« Les mises en demeure adressées à l’entreprise Piccini en vue du redémarrage sans condition des travaux conformément à ses obligations contractuelles, sont demeurées non concluantes, en dépit des termes précis d’une convention d’accompagnement ad hoc et d’un acte de cautionnement de l’État ayant permis à Piccini de bénéficier d’un prêt bancaire de confort de quatre milliards de FCFA, destinés au financement des travaux restant à réaliser, ceci en plus des divers décomptes et avance exceptionnelle dûment payés à l’entreprise », affirme M. Mouelle Kombi. Cet affaire visiblement n’a pas encore atteint son point culminant et pendant ce temps… Tic tac tic tac

Redigé par: Joseph k.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur