Le Comité consultatif permanent des Nations unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) s’est réuni à Luanda la capitale angolaise du 25 au 29 novembre dernier au cours duquel les experts ont tablé sur les défis qui entravent le développement de la sous-région et les questions liées au changzmznt climatique.

La question du changement climatique, au cœur du débat a fait l’objet d’une préoccupation particulière. Elle a suscité un débat général et une discussion lors du huis clos ministériel. Pour le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale et chef de l’UNOCA, François Louncény Fall, le changement climatique est l’une des menaces les plus graves.

« La sous-région en subit les conséquences, comme l’atteste la situation dans le bassin du lac Tchad où des dizaines de millions de personnes ont vu leurs modes de subsistance bouleversés et leur sécurité et intégrité physique menacées par des terroristes et autres entrepreneurs de guerre », a-t-il précisé. Face à la situation qui prend de plus en plus une proportion inquiétante, les États membres de l’UNSAC ont réaffirmé, dans une déclaration commune, leur détermination à lutter de manière concertée contre ce phénomène.

Et dans cette logique, ils ont exhorté le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et à l’UNOCA à coopérer avec les autres partenaires du Système des Nations Unies pour « renforcer leur engagement dans le cadre du Comité en soutien aux efforts des États membres pour combattre l’impact du changement climatique sur la paix et la sécurité en Afrique centrale ».

Redigé par: Joseph k.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur