Afin d’éradiquer cette pandémie sur toute l’étendue du territoire national, les Forces de défense et de sécurité se sont intéressées à cette cause au cours du « mois Camerounais du VIH », à travers des campagnes de dépistage gratuit comme celle qui a eu lieu à Ambam dans le département de la Vallée du Ntem, sous la roulette du colonel médecin Mpoudi Ngole Mireille.

Cette campagne de dépistage gratuit qui avait pour cadre la compagnie de gendarmerie d’Ambam a connu la présence des hommes femmes et enfants, jeunes scolarisés et non scolarisésainsi que les Forces de défense, venus prendre connaissance de leur statuts érologique à cette campagne gratuite qui était suivie des conseils des experts.

L’enquête de CAMPHIA en 2017 qui été placée sous la surveillance du Dr Ebogo Mesmey Mbezele,a montré une relative réduction de la prévalence du VIH au Cameroun, la grande proposition de personnes qui ne connaissent pas leur statut sérologique et l’affection disproportionnée des jeunes, surtout des jeunes filles/femmes. 

En effet, les jeunes de 15 à 24 ans sont particulièrement affectés par le VIH. Cette tranche d’âge recoupe celle de recrutement dans les forces de défense. Il ressort d’après l’étude SABERS 2018, que malgré une réduction de la prévalence observée au sein des Forces de défense, les catégories les plus affectées sont au dessus de 50 ans (20%) considérant les 20 à 29 ans comme les plus rigoureux, en début de carrière mais aussi les plus vulnérables au VIH.

Des interventions spécifiques telles que prescrites dans le Plan stratégique national méritent d’être mises en œuvre, tenant compte des spécificités du milieu militaire. Les populations d’Ambam donnent leur point de vue sur la question. « Je suis venudécouvrir mon statutsérologique ici parce que j’ai appris que l’armée s’était aussi lancée dans la campagne de dépistage ici à Ambam dans le département de la Vallée du Ntem.Je suis satisfait non seulement j’ai étédépisté mais j’ai reçu aussi des conseilles et des préservatifs, plus d’un carton.Je dis vraiment merci à l’Etat du Cameroun ainsi qu’à madame MpoudiNgole Mireille, qui fait la fierté des femmes»,précise Pauline Nga habitant de la ville d’Ambam.

Un gardien de prison, lui est plus optimiste : « j’ai demandé la permission pour venir ici connaitre mon étatsérologiqueetquand j’aiappris qu’il y’avait les tests gratuits, j’ai compris qu’il fallait que je viens faire mon test et je suis satisfait de l’avoir fait même ci ne n’est pas encore les résultats mais je sais que ça va bien se passer par lagrâce de Dieu ».Pour le secteur de la défense le secteur et le slogan de cette année sont proposés. « Les communautés militaires font la différence dans la stigmatisation/discrimination » et « Agir ensemble pour protéger les jeunes militaires et les adolescents des familles militaires» d’après MpoudiNgole Mireille.

Il est question de savoir qui est infecté au sein de l’armée afin de prendre des mesures tout au long de leurs missions. Il faut le rappeler, que même si tu es infecté dans l’armée, il n’y a aucune différenceà ce niveau l’on se rassure seulement si vous prenez bien vos médicaments afin d’être fort a tout moment, parce que dans les Forces de défense on ne juge personne quand il a une mission ont peut interpeller un élément à tout moment pour l’envoyer en mission pour cela il doit être fort à tout moment cette initiative qui vient de Joseph Beti Assomo, ministre de la Défense,est une action qui apporte un plus dans les Forces de défense.Bientôt Le sida restera un simple évènement passé dans les Forces de défense et de sécurité.

 

Redigé par: Jacques NDO

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur