Des brigands se sont introduits dans les services de la brigade de reportages spéciaux de la Télévision Camerounais pour emporter les caméras et les bandes d’enregistrement du dernier sommet des Chefs d’Etat de la CEMAC.

L’information est relayée ce samedi matin par Roger Kiyeck de KIKI, au cours de son émission Verbatim. Un cambriolage qui s’est produit dans les locaux de la CRTV il y a quelques jours.

D'après le journaliste, ce sont toutes les caméras ayant servie à la couverture des cérémonies à la présidence de la République, du sommet de la CEMAC. En plus des caméras, toutes les bandes ont été emportées. Il semblerait que les malfrats cherchent à obtenir les images désobligeantes du Chef de l’Etat.

On se souvient que la rumeur à fait croire qu’au cours des dernières assises des Chefs d’Etat à Yaoundé, peu avant la photo de famille, la ceinture du Chef de l’Etat aurait cassé et son pantalon aurait lâché. Et ce fût grâce à la dextérité de la première dame, Chantal BIYA, que le Chef de l’Etat a été ramené en secret pour être rhabillé convenablement avant de revenir prendre la photo avec ses homologues.

Seulement, aucune image de la CRTV qui avait l’exclusivité de la couverture, n’a montré cette scène. Et les pourfendeurs du Chef de l’Etat ne se sont servi que de caricatures pour supposer la scène. Aujourd’hui, ce sont ces images qui seraient ardemment recherchées par certaines officines.

Le Directeur Général de la Cameroon Radio Television (CRTV) est dans la panique. C’est un drame aux conséquences graves. Qu’adviendrait-il si ces images étaient retrouvées ? Ce serait une course à la déconstruction de l’image de marque du Chef de l’Etat. De plus, il faut se dire que ces bandes contiennent des enregistrements des intérieurs de la présidence de la République, et passablement du dispositif spécial qui entoure le Chef de l’Etat du Cameroun.

C’est une situation qui porte à a sécurité de la personne même du Chef de l’Etat. Qui peut autant en vouloir au Président de la République, au point de chercher à tout prix à exposer sa nudité ? Ils sont très nombreux. Mais qui qu’ils soient, ils ont forcément des complices au sein de la tour d’aluminium de Mballa 2. Car il faut bien être de la maison pour connaître le matériel qu’il fallait trouver. Une enquête est en cours, les coupables doivent être rattrapé au plus tôt, avant qu’ils n’aient eu le temps d’exploiter les images en question.

 

Agence Cameroun Presse

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur