pont du wouri

En effet, sur la période 2020-2027, le Cameroun est prêt à investir pas moins de 12 mille milliards de FCFA. Ceci concernent les secteurs des transports, hydro-énergétiques, agropastoraux etc.

Plus de 1000 projets ont été recensés pour l’amélioration des conditions de vie des populations et l’atteinte du seuil de pays émergent d’ici 2035. Cependant, de l’avis de certains économistes comme le fiscaliste Alaka Alaka, le pays pourraient augmenter sa dette vis-à-vis des institutions de Breton wood et celles d’ailleurs. Pour lui, le gouvernement devait au préalable, procéder à l’évaluation des projets réalisés au cours de la dernière décennie. «Il fallait d’abord qu’on évalue les projets qui avaient été annoncés depuis. Est-ce que ça été mené à leur terme, je ne pense pas. Il n’y a pas eu cette évaluation qui nous permet de penser qu’on peut maintenant passer aux projets de deuxième génération», a-t-il fait savoir au cours d’une émission sur les antennes d’Equinoxe télévision.

Parmi ces projets, figurent en bonne place des travaux routiers pour un coût total de de 4551 milliards de FCFA. Dans ce volet, on note la construction de l’autoroute Yaoundé-Douala qui nécessite encore 954 milliards de FCFA. Pour tous cela, le gouvernement espère mobiliser les financements à travers le partenariat public-privé. Mais les économistes pointent le manque de maturation de certains projets.

«Pour la plupart de ces projets, les études ne sont pas encore bouclées et donc pas encore à maturité et on se demande sur quelles bases les appels à manifestation d’intérêt seront lancés pour attirer de potentiels investisseurs», se demande l’économiste Edmond Kuate, lui aussi interrorgé par Equinoxe Télévision. Le gouvernement entend améliorer la carte des Infrastructures routières du pays. On a par exemple les projets tels que:l’autoroute Yaoundé-Douala (Phase II), la construction de la route Kentzou-Yokadouma-Moloundou, le bitumage de la route Bertoua-Batouri-Kentzou.

En ce qui concerne les infrastructures portuaires, aéroportuaires et ferroviaires, l’on note pêle -mêle, la construction du Port en Eau profonde de Limbé, la constructions de la ligne de chemin de fer Douala-Limbé, la onstructions de la ligne de chemin de fer Ngaoundéré-N’Djamena, la construction d’un nouvel aéroport à Douala, Edéa et Kribi etc Enfin, quelques infrastructures énergétiques et hydrauliques:l’aménagement hydroélectrique de Song-Dong; l’aménagement hydroélectrique de Menchum, l’aménagement hydroélectrique de Katsina-Ala…

Redigé par: Joseph k.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur