industrie du textile

Essoufflée par la concurrence chinoise, de nouveaux équipements ont été acquis par cette industrie du textile, la seule encore activité dans la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) ceci, dans le cadre du contrat-plan de 13,2 milliards de FCFA, signé depuis 2015 entre l’État et la Cotonière industrielle du Cameroun (Cicam).

Il s’agit, selon la Cicam, de 24 nouveaux métiers à tisser, un ourdissoir, une Jiggers, une Flash Ager et une encolleuse. Ce qui, selon l’entreprise, augure de meilleurs résultats en 2021. L’ambition est d’atteindre un volume de vente de 8 millions de mètres linéaires. Mais en attendant cette embellie, la Cicam, elle-même, révèle qu’elle continue de réaliser des méventes sur un marché dominé à 88% par le pagne d’origine chinoise et à 6% par le pagne d’origine ouest-africaine.

Selon les dernières données disponibles, l’entreprise affiche un résultat déficitaire de 3,9 milliards de FCFA au 31 décembre 2018. Au cours de la même période, ses capitaux propres sont négatifs de 1,7 milliard de FCFA. Pour ce qui est de la trésorerie, elle est déficitaire de 2,08 milliards de FCFA.

Redigé par: Joseph k.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur