Malachie Manaouda

Révélation faite au cours d’un atelier avec les sénateurs le 23 mars 2020. Une semaine après l’entrée en vigueur des 13 mesures gouvernementales pour contenir le Covid-19, le ministère de la santé se veut alarmiste au regard de la propagation fulgurante du virus.

A ce jour, 66 cas ont déjà été officiellement testés positifs. Pour tirer la sonnette d’alarme d’une catastrophe sanitaire imminente, le ministère de la santé est allé auprès sénateurs présenter la situation de la pandémie. C’était le 23 mars 2020. Si les mesures sanitaires ne sont pas rigoureusement respectées, craint le ministère de la santé, le pays court le risque d’enregistrer plus de 3800 cas de Covid-19 dans quatre semaines.

La propagation du Covid-19 inquiète les sénateurs qui souhaitent que la sensibilisation s’étende à la base dans les villages afin que tous les Camerounais soient conscients. Ils promettent de descendre dans leurs collectivités pour sensibiliser les populations au respect strict des 13 mesures gouvernementales pour réduire la propagation de la pandémie. Il faut noter que ces mesures sont peu respectées par les citoyens à l’instar de la fermeture des débits de boissons à 18 h, de l’interdiction de la surcharge dans les transports en commun ou encore du lavage régulier des mains à l’eau coulante et au savon.

Pourtant la situation est grave et d’aucuns exigent de l’Etat un confinement total pour contraindre les populations à respecter les consignes de protection. La pandémie est désormais considérée par le ministre de la santé publique comme une « cause nationale » qui nécessite la mobilisation de toutes les énergies. Et le pire est à craindre dans les prochains jours. La vigilance et le respect des mesures d’hygiène restent les moyens efficaces pour lutter contre la propagation de la pandémie.

Redigé par: Jacques NDO

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur