Saint Eloi Bidoung

Le silence observé chez le Président Paul Biya depuis l’apparition, il y a un mois, du premier cas de coronavirus au Cameroun, suscite particulièrement des réactions négatives, y compris au sein de son propre parti, le RDPC.

Bien connu pour son franc-parler, Saint Eloi Bidoung est l’un des militants du parti au pouvoir, ayant sévèrement jugé le silence présidentiel face à la pandémie du Coronavirus.

L’ancien 1er adjoint au maire de la commune de Yaoundé VI remarque avec regret que le Président de 87 ans est totalement absent alors que le peuple a besoin de lui pour conduire la riposte contre cet ennemi invisible. « Au moment où tous les chefs d'état s'expriment sur la question, le nôtre est en confinement», s’insurge-t-il.

Saint Eloi Bidoung fustige par ailleurs la somme de 1 milliard débloquée par le Président de la République pour le compte du plan national de solidarité, alors que «les états moins riches que le nôtre ou à niveau de développement égal mettent des centaines voire des milliers de milliards, notre président met 1milliard »,

Bien plus, l’homme politique n’a vu aucune mesure d’accompagnement mise sur pied par le gouvernement pour accompagner le petit peuple en cette période difficile, alors que ailleurs « les chefs d'état décident de manière Souveraine des mesures d'accompagnement : eau, électricité, impôts, distribution de nourriture et autres»

Voici sa sortie intégrale

Le président Bongo a dit" les camerounais sont un peuple formidable. Tu divises leurs salaires en deux, ils ne disent rien. Tu divises l'autre moitié en deux, ils ne disent toujours rien. Si j'augmente 5frs sur le pain, les gabonais descendent dans la rue pour réclamer mon départ".

Voici le covid19, au moment où tous les pays font des efforts de rapprochement entre gouvernants et gouvernés, au moment où tous les chefs d'état s'expriment sur la question, le nôtre est en confinement, au moment où les états moins riches que le nôtre ou à niveau de développement égal mettent des centaines voire des milliers de milliards, notre président met 1milliard, quand les chefs d'état décident de manière Souveraine des mesures d'accompagnement : eau, électricité, impôts, distribution de nourriture et autres... Eneo traque au quartier, les communes tondent les rares contribuables qui sont encore ouverts, camwater arrache les compteurs, les prix des produits de première nécessité galopent, dans l'indifférence du ministre du commerce.

Le seul instant du dialogue est la répression. Combien de temps tout ceci va encore durer ? Le confinement total sera une décision génocidaire. Les avc et la faim vont tuer plus et vite que le Corona virus. Levez-vous mais ne vous soulevez pas, réclamez mais ne revendiquez pas, marchez mais n'allez pas dans la rue, Pleurez dans votre cœur sans éclat sans sanglots mais versez beaucoup de larmes pour que nos opprimeurs évaluent notre souffrance. C'est aussi ça le prix de la liberté."

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur