Me Michelle Ndocki

Me Michelle Ndocki semble ne plus trop partager la vision de Maurice Kamto.

La première vice-présidente du directoire des femmes du MRCestime qu’il est temps de tourner la page de la présidentielle 2018 afin d’adopter une politique qui va être bénéfique à tous les Camerounais.

Me Michelle Ndocki a relevé dans un message posté sur sa page Facebook, une vision politique que partage l’initiatrice du mouvement Stand UP for Cameroon, Edith Kah Wallah. Selon ces deux femmes politiques, il faut absolument tourner la page de la présidentielle d’octobre 2018.

Une élection à l’issue de laquelle le candidat du MRC, Maurice Kamto, classé officiellement deuxième, a refusé de reconnaitre la victoire de Paul Biya, le candidat du RDPC.

Loin du plan national de résistance mis en branle par le MRC pour dénoncer le «hold-up électoral », l’avocate inscrite au barreau du Cameroun, demande plutôt que les énergies se concentrent sur le changement. « Il ne faut surtout pas oublier qui nous sommes et ce que nous voulons: le Changement ! Non pas le remplacement d’un élu par un autre, non pas de voir la victoire déclarée d’un compétiteur sur un lacement », laisse entendre Me Ndocki.

D’après cette femme qui avait reçu une balle lors des manifestations postélectorales, l’heure n’est aux revendications, même si les élections ont été entachées d’irrégularités, il faut passer le cap et se projeter vers l’avenir.

« Président élu », une appellation que Me Ndocki trouve obsolète. D’ailleurs, elle ne se souvient pas avoir déjà utilisé cette expression, même pour une seule fois: « Je n'ai jamais utilisé le terme "Président Elu" pour parler de Maurice Kamto. Je l'ai toujours appelé Professeur », a-t-elle dit ce matin sur la matinale d’ABK radio.

Kah Walla, soutient pour sa part que le combat politique que mène le MRC ne peut pas prospérer du fait qu’il est circonscrit autour de la seule personne de Maurice Kamto. « Une nation ne peut se bâtir autour d’une seule personne. Ça se bâtit autour d’un projet, autour d’une idée. Maurice Kamto après une transition pourra peut-être gagner les élections, mais aujourd’hui, la personne de Maurice Kamto ne va pas résoudre le problème anglophone, la personne de Maurice Kamto ne va pas résoudre le problème fondamental de l’injustice et des règles de droit dans notre pays », a fulminé l’activiste politique.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur