© Photo: Roch Kenfack, Le recteur et le maire distribuant des cache-nez

Les 1er et 2 juin courant, les membres de l’exécutif municipal de Dschang ont fait le tour des structures de formation, tous ordres et toutes natures confondus, pour remettre des dispositifs de lutte contre le coronavirus.

Dès lors où la bonne hygiène corporelle reste le cœur de tout dispositif de lutte préventive, contre le coronavirus, l’exécutif municipal de Dschang, qu’à conduit Jacquis Kemleu, maire, a logiquement opté d’accompagner la reprise des cours, le 1er juin courant, par une offre : de gels de désinfection, de cache-nez, de cartons de savon.

Et selon qu’on se trouvait dans : un lycée, un collège d’enseignement privé laïc ou confessionnel, à l’ENIEG, au campus principal de l’université, ou encore dans une école primaire, et surtout selon le nombre de personnes à accueillir par les établissements bénéficiaires, ces dons ont été accompagnés d’un ou plusieurs kits de lavage des mains, dont la contenance a varié de 30 à 250 litres d’eau.

Levant un coin de voile sur l’importance qu’il a accordée à cette activité, le maire a affirmé qu’il voudrait par-là « rassurer ceux des parents qui hésitent encore, à renvoyer leurs enfants à l’école, où ils sont en sécurité et à l’aise. [Car,] Si nous vivons bien avec le paludisme et le VIH, nous pouvons également nous organiser à vivre avec le COVID-19, sans dommages majeurs… »

Déjà, durant les jours qui ont précédé cette journée spéciale, des équipes du service municipal compétent ont sillonné les établissements scolaires. Leur objectif a été de procéder à la désinfection des salles de classe, devant accueillir les élèves. Et selon l’engagement du maire, « cette opération va se poursuivre dans le temps… »

Partout où la délégation du maire a marqué un arrêt, ce 1er juin, les institutions qui l’accueillait avaient anticipé sur la prise des précautions, utiles à affronter la situation dans une posture favorable. Ce qui a signifié qu’en réalité, l’appui apporté par la commune est venu consolider une dynamique vertueuse, pré-existante.

Cependant, en répondant à une doléance récurrente, qui a été formulée par l’essentiel des chefs d’établissements scolaires, le maire a annoncé : « Nous allons nous plier en quatre pendant les six dernières semaines de classe, de l’année scolaire en cours, pour vous approvisionner en savon, autant que ce sera possible… »

En ce qui a concerné l’alimentation régulière des contenants en eau, le magistrat municipal a informé ses interlocuteurs de l’existence, du programme d’approvisionnement en eau potable, qui a été mis sur pied dans le périmètre urbain. Continuant, il a précisé : « Nous avons commencé par les centres commercial et administratif. Et de manière progressive, nous allons couvrir d’autres parties de la ville… »

Le recteur, de l’université de Dschang, a distribué des cache-nez aux étudiants de son institution.

A l’image de l’exclamation qu’ont eu ses homologues du "collège Notre dame de l’immaculée conception", et du "collège St Paul anglophone", la sœur Clarisse, directrice du "Centre social professionnel Ste Louise de Marillac", a exprimé sa surprise de constater qu’un établissement, non public, fasse partir des structures éligibles à une telle initiative.

Dissipant cette autre inquiétude, le maire Kemleu a rassuré les uns et les autres de ce que, « Les problèmes des structures éducatives de l’ordre privé confessionnel, implantées sur le territoire de notre arrondissement, sont nécessairement des préoccupations pour l’autorité municipale de Dschang… »

Sur l’esplanade de la salle des spectacles de l’université, le Pr Roger Tsafack, recteur, a, lors de la réception des dispositifs destinés à son institution, gratuitement distribué des masques faciaux, aux étudiants.

Et après le tour des groupements de villages complètement enclavés, l’exécutif municipal de Dschang a saisi le prétexte de l’implémentation des recommandations du MINDDEVEL (ministre de la Décentralisation et du développement local), relatives à la reprise des classes le 1er juin 2020, pour s’immerger dans les parties rurales des groupements de villages, qui abritent la ville de Dschang.

Tel a été le cas de la chefferie Siteu, dans le groupement Foto où, SM Emmanuel Temgoua, chef du village, a reçu des équipements de protection anti-coronavirus, destinés à la chefferie et à l’école primaire voisine.

Traduisant ici sa propre allocution en langue locale, le maire est revenu sur l’épineux problème du site de la décharge d’ordures de Siteu, pour rassurer ses hôtes de ce qu’une solution définitive, et satisfaisante pour toutes les parties, sera trouvée de commun accord.

Le lendemain, mardi 2 juin 2020, la même opération a continué une grande partie de la journée, sous la coordination de Pr Emile Temgoua, premier adjoint.

Comment fait Dschang pour garder la tête haute jusqu’ici, sur le front du combat anti-coronavirus, sans aide étatique ?

Quand le coronavirus lance ses premiers assauts, le budget de l’exercice 2020 de la commune de Dschang est déjà voté. Pourtant, bien que les dépenses liées à la gestion de cette pandémie n’aient pas été budgétisées, l’exécutif communal a mis un accent d’honneur à faire face aux assauts répétés, du virus mortel, sans le concours de l’Etat. En grande partie, cette performance est à inscrire à l’actif des multiples partenaires à la coopération, nationale et internationale décentralisée. Et au nombre de ces partenaires nationaux, il y a des institutions privées, qui ont fourni des efforts conséquents, certes. Mais, il y a aussi des membres de la diaspora Dschang, à l’instar de Maffo Justine Ketchapa, élite Foto vivant aux Etats-Unis d’Amérique. Cette dernière a tenu à apporter sa contribution aux communes de Dschang et de Bagangté, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Cette contribution à l’effort collectif s’est résumé en : 3 kits de lavage des mains à pédale, d’une contenance de 250 litres d’eau et d’un carton de savons lavé de 400 grammes, pour chacune de ces deux municipalités. Pour exprimer leur reconnaissance aux sacrifices consentis par cette fille Bangangté, et mariée à Foto, Dr Jonas Kouamo et Jacquis Kemleu, maires respectifs de Bangangté et de Dschang ont tenu, à personnellement réceptionner les dons offerts à leurs communes.

Remise des dons au proviseur du lycée classique

Remise des dons au proviseur du lycée classique

 

Une attitude des autorités universitaires et municipales

Une attitude des autorités universitaires et municipales

 

Remise du kit au chef du village Siteu

Remise du kit au chef du village Siteu

Redigé par: Roch Kenfack

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur