Le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Ivaha Diboua, a signé une déclaration, portant interdiction des réunions et manifestations publiques non déclarées dans la région du Centre.

Cette mesure de l’autorité administrative intervient à quelques jours seulement après la convocation du corps électoral par le Président Paul Biya, en vue des élections régionales du 6 décembre 2020, ceci nonobstant les menaces de Maurice Kamto.

Le leader du MRC est en train de mobiliser les partis politiques, les mouvements associatifs et syndicaux, la Diaspora, les intellectuels et à la société civile, pour faire un front commun qui va empêcher Paul Biya d’organiser les élections régionales avant la reforme consensuelle du système électorale et la résolution de la crise anglophone.

En réaction à la sortie du numero1 de la région Littoral, le député Jean Michel Nintcheu a publié un texte renvoyant gouvernement à lire la Constitution.

Le gouverneur de la région du Littoral vient de prendre une décision portant interdiction de toute réunion et manifestation publique non déclarée dans la région du Littoral.

Cette décision liberticide, anti-démocratique et anticonstitutionnelle trahit en réalité l’extrême fébrilité qui s’est irréversiblement emparée du régime de Yaoundé et de ses excroissances régionales à la veille du Grand Soir.

M. Samuel Dieudonné Ivaha Diboua gagnerait à faire sienne le Préambule de la Constitution ainsi que les lois de décembre 1990 sur les libertés publiques qui consacrent le droit de manifester.

Il convient de rappeler que c’est ce genre de décision irresponsable et provocatrice qui avait mis le feu aux poudres en février 2008 et qui avait conduit à une insurrection populaire qui a fait plus de 400 morts assassinés par la soldatesque de M. Biya

Le régime de Yaoundé a en réalité peur de toute mobilisation populaire. Sur ce point précis, le régime de M. BIya gagnerait également à faire sienne la Déclaration universelle des droits et des peuples de 1793 que le Cameroun a ratifiée et qui dispose entre autres que: “Lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection devient pour le peuple ou une partie du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs”.

On ne saurait raisonnablement avoir eu 71% à la présidentielle et disposer de la quasi-totalité des communes d’arrondissement du pays ainsi que du Parlement et s’employer paradoxalement à étouffer les manifestations pacifiques.

Cette mesure est un aveu de la faible capacité de mobilisation du parti-État qui a confisqué par force tous les leviers du pouvoir. M. Ivaha Diboua n’est pas au-dessus des lois de la République. Il a le devoir entre autres de laisser les camerounais manifester conformément à la Constitution.

Toute initiative contraire est de nature à jeter de l’huile sur le feu qui couve en ce moment sensible de la vie du pays du fait de l’autisme et de la condescendance du régime de Yaoundé.

Hon Jean Michel NINTCHEU

Président régional SDF Littoral

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur