Affaire Equinoxe : «J’ai menti, Je regrette, j’ai mal, j’ai même très mal », Stéphanie Djomo sur la Crtv

Après avoir recouvré la liberté après un bref séjour à Kondengui, la dame qui a raconté le 3 novembre dernier sur Equinoxe TV , comment elle a perdu ses deux enfants en fuyant les combats dans les régions anglophones, reconnait avoir menti.

Sur les antennes du média d’Etat, la Crtv, elle confie que l’ histoire racontée par elle-même, lors de l’émission « Parole de Femmes », n’était rien d’autre qu’un tissu de mensonge. Elle dit regretter énormément pour ses déclarations mensongères.

«J’ai rejoint un groupe qui pleure les enfants du NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest) et nous avons fait des sorties où on a pleuré dans plusieurs carrefours, jusqu’au jour où on nous annonce qu’on doit se retrouver à Equinoxe. C’est ainsi que je me retrouve sur le plateau d’Equinoxe et je partage cette histoire qui n’est vraie…Je n’avais jamais mis dans ma tête de me retrouver dans un plateau de télévision, ça ne m’avait jamais traversé l’esprit. Oui, je me suis retrouvé là. Je regrette, j’ai même très mal. J’en souffre énormément de jour comme de nuit. Croyant bien faire, j’ai blessé», a-t-elle raconté ce jour sur le média à capitaux publics.

Boris Bertolt

«C’est une affaire digne du comportement d’un État voyou. La CRTV a enregistré cette matinée Stéphanie Djomo. Cette femme emprisonnée pour avoir accusée l’armée en zone anglophone sur les antennes d’Equinoxe. Comme par magie, elle a été libérée hier. Après avoir chassé ses avocats et négocié seule les conditions de sa libération face aux autorités. Selon nos sources au cours de cette interview accordée à la CRTV, elle a tenté d’accréditer la thèse du pouvoir de Yaoundé visant à mettre en cause EQUINOXE Tv et le MRC. Stéphanie Djomo a disparu des radars depuis hier. Ses amis ne parvenaient plus à la joindre. Elle pourrait donc ressortir dans les prochaines minutes ou les prochaines heures », alertait dans la matinée Boris Bertolt.