Crise anglophone: 11 ambazoniens déposent les armes à Buéa

Le centre de désarmement, de démobilisation et de Réintégration des anciens membres des milices séparatistes de Buea dans la région du Sud-Ouest a 11 nouveaux pensionnaires.

Il s’agit des ex-combattants de « Gorilla Ninja of Wabane » et « Gorilla fighters of Alou », deux milices de la branche armée du mouvement indépendantiste « Ambazonia », du nom d’un Etat imaginaire fondé sur les régions anglophones du Cameroun.

Ces désormais ex-miliciens ont été présentés à la presse au cours d’une cérémonie présidée le 18 novembre 2020 par le gouverneur de la région du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilaï.

Avant de déposer leurs armes, ces jeunes enrôlés par des groupes armés aux ordres du chef de guerre séparatiste, Assaa Julius alias « General Tiger », semaient la terreur dans les zones de Wabane et Alou, situées dans le département du Lebialem.

Le secrétaire général du bureau du gouverneur du Sud-Ouest, le Dr Mohamadou, a salué le retour de ces repentis et a exhorté les autres combattants qui se trouvent encore dans les camps séparatistes à suivre cet exemple.

Selon les statistiques officielles, les Centres de désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR) mis en place depuis 2018 ont déjà accueillis 800 personnes. Notamment les anciens affidés de la secte islamiste Boko Haram et des ex-séparatistes.

Le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR), compte trois centres dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Pour améliorer les capacités d’accueil de ces structures de réinsertion socio-économique, un programme d’investissement public est en cours pour construire et équiper ces centres.

« A ce jour, le centre de Bamenda est construit ; nous allons le recevoir dans quelques jours. Sa construction a coûté 1,191 milliard FCFA. Il pourra accueillir à peu près 1000 jeunes. Pour ce qui est de Buea, toutes les procédures sont terminées. Le terrain et les financements sont disponibles. Dès le mois de février 2021, nous allons lancer les travaux du centre de Mora, dans l’Extrême-Nord. Le terrain est disponible dans le village Mémé, les financements également », explique Francis Faï Yengo, coordonnateur national du CNDDR.

 

StopBlacam