L’escalade de la crise anglophone laisse voir un bilan de 200 000 déplacés internes et externes. Ces déplacés ont trouvé refuge sur l’ensemble du territoire national et au pays voisin, le Nigeria.

En effet, la crise anglophone qui a débuté en novembre 2016, a pris une vitesse a l’approche des elections du 7 octobre dernier. L’on a observé un exode massif des ressortissants des régions anglophones vers celles francophones.
Selon les sources, les raisons seraient la crainte d’un assaut de l’armée et la mauvaise tournure du climat pendant le scrutin. Après le scrutin, l’on note toujours la panique de la part de cette population, qui parle de retour désormais après la proclamation des résultats par le conseil constitutionnel. Le conseil constitutionnel devra livrer le verdict final au plus tard le 22 octobre.