Ouest - Retrait de la Can 2019: Le gouverneur trouve des boucs-émissaires

Ouest - Retrait de la Can 2019: Le gouverneur trouve des boucs-émissaires

Awa Fonka Augustine pense que les entreprises chargées de réaliser les infrastructures dédiées à l'organisation de la compétition ont grandement contribué à noircir le dossier du Cameroun.

Il n'avait cessé de faire pression sur les entreprises retenues pour la construction ou la réhabilitation des infrastructures dédiées à l’organisation de la Coupe d'Afrique des nations (Can 2019). Aussi bien lors des descentes sur le terrain qu'au cours des réunions d'évaluation des différents projets, le gouverneur de la région de l'Ouest ne caressait personne dans le sens du poil. D'un ton ferme, il s'évertuait à pousser chaque acteur impliqué de près ou de loin, à prendre ses responsabilités en main. Des menaces étaient proférées ; des instructions étaient données. Malgré cela, rien ne bougeait véritablement ; les travaux continuaient à pas de tortue jusqu'au jour fatidique où la Confédération africaine de football (Caf) décida de dessaisir le Cameroun de l'organisation de la compétition.

L’humiliation infligée au Cameroun a ressuscité dans la mémoire d’Awa Fonka Augustine, les souvenirs de ces temps où il rappelait les conséquences préjudiciables que la lenteur des entreprises adjudicataires dans l’exécution des projets pouvait avoir sur la décision finale de l’instance faîtière du football africain. Au cours d’une réunion ce mardi 4 décembre 2018 avec ces entreprises, Awa Fonka Augustine n’a pas caché sa colère. « Vous ne pouvez pas trahir la confiance du gouvernement jusqu’à ce point. Vous avez pour la plupart été choisis de gré à gré par ce qu’on vous faisait confiance. Vous avez montré qu’on n’avait pas raison de vous faire autant confiance. Je peux vous rassurer que les sanctions vont suivre. Ce qui se passe ressemble non pas à une trahison, mais à un sabotage », a-t-il fulminé.

Nonobstant le retrait de l’organisation de la Can 2019 au Cameroun, les travaux devraient se poursuivre avec plus célérité. Des instructions à cet effet ont été données. « Avant la Can, après la Can ou sans la Can, tous ces projets étaient destinés à améliorer les conditions de vie des Camerounais. C’est nous les premiers bénéficiaires avec soit la construction de l’hôpital, soit l’aménagement du plateau technique de l’hôpital régional ; soit la construction des routes ; soit les investissements privés avec la construction des hôtels ; soit l’amélioration du standing de l’aéroport de Bafoussam ; ou d’autres investissements dans la ville de Bafoussam en particulier et dans la région de l’Ouest en général. Nous étions les principaux bénéficiaires. Car si les spectateurs arrivaient c’était pour loger dans les hôtels juste pendant la période de la compétition. Le chef de l’Etat nous a rappelé qu’il avait pris un engagement et cet engagement vis-à-vis de son peuple et ça doit être respecté. Chacun dans son domaine de compétence doit s’assurer que ça soit effectif. Que les uns et les autres puissent jouer leur rôle. Je vous informe que demain et après-demain, je serai sur le terrain à nouveau pour visiter tous ces chantiers. Chacun doit prendre sa responsabilité. Si quelqu’un quelque part s’amuse avec l’intérêt de l’Etat, s’amuse avec le peuple Camerounais, il doit être puni et sanctionné », a martelé Awa Fonka Augustine.

Selon les informations fournies par la plupart des entreprises concernées, la livraison des différents chantiers initialement engagés en prélude à la Can 2019, se fera progressivement. Précisément entre février et avril 2019.

Sujets liés

Redigé par: Gaël Tadj

Proposer un article par courriel: [email protected]l.com, (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur

Vivez une meilleure expérience en utilisant notre application mobile
237 Actu.
Vous pouvez télécharger gratuitement celle qui s'installe sur votre téléphone en cliquant sur un des boutons ci-dessous.

Non, plus tard, Merci!

237 Actu