Une autre déclaration du sous-secrétaire d’État américain chargé des Affaires africaines, qui ne va pas être du goût des autorités de Yaoundé.

«Après le Soudan, ma prochaine préoccupation est le Cameroun. Vous êtes sans doute au courant des violences en cours dans ce pays», a déclaré Tibor Nagy jeudi passé à Houston (États-Unis), c’était lors d’un point de presse qui intervenait juste après la chute du président soudanais Omar al-Bashir.

Le diplomate américain continue donc de donner des sueurs froides au régime de Yaoundé.

Le président Paul Biya avait accordé une audience le 18 mars dernier en terre camerounaise au « Monsieur Afrique de Donald Trump». Les questions politiques qui semblaient provoquer une brouille entre Washington et Yaoundé avaient néanmoins été abordées, notamment la situation des droits de l'homme et la crise anglophone.

Au cours d'un compte rendu, le média d’Etat, Crtv , va essayer de détendre l’atmosphère, en indiquant que les grandes questions politiques (qui dérangent) comme l’affaire de l’opposant Kamto n’ont pas été évoquées,

Sauf que Tibor Nagy va apporter quelques heures plus tard des réelles précisions via des tweets sur le contenu de ses échanges au Palais de l'Unité avec le Président Paul Biya.

L’émissaire américain renseignait alors qu'ils ont discuté, outre des questions bilatérales, de la question des droits de l'homme au Cameroun, appelant expressément à un dialogue inclusif pour la fin des violences dans les régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.

Tibor Nagy avait également exprimé sa préoccupation concernant l'arrestation de Maurice Kamto et la conduite des processus judiciaires contre cet opposant et plusieurs de ses partisans. Mais aussi des menaces à la liberté d'expression et de manifestations.

Sur tous ces sujets particulièrement dérangeants pour le pouvoir de Yaoundé, le diplomate avait assuré du soutien de son pays, arguant de l'importance du Cameroun aux yeux des Etats-Unis

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur