Pr Eric Mathias Owona Nguini

Le politologue l’a expliqué au parcours Vita de Douala samedi dernier, lors d’un meeting de remerciement au président Paul Biya, organisé par le ministre Jean De Dieu Momo.

En effet, lors de son allocution de circonstance, l’universitaire jadis très critique envers le régime de Paul Biya, a fait une déclaration qui devrait réconforter dans leurs positions ceux qui accusent l’accuse d’avoir retourné sa veste de façon spectaculaire.

«Dans la vie, tout le monde a le droit de faire des choix, et tout le monde a la possibilité de changer ses choix, cela participe de la liberté de l’être humain. On peut penser une chose aujourd’hui, et on se rend compte qu’on avait pensé dans le mauvais sens. Il est donc légitime qu’on change de posture», a soutenu le coordinateur scientifique et chercheur à la Fondation Paul Ango Ela.

Au sujet de son ami le ministre Jean De Dieu Momo, que les réseaux sociaux présentent aujourd'hui comme le « grand traitre», au professeur Owona Nguini de trancher « vous (Jean De Dieu Momo) n’avez pas à avoir honte de ce que vous avez appelé un revirement. Ça fait partie de la vie. Saint Paul a eu son chemin de damas, pourquoi Jean de Dieu n’aurait-il pas le sien ».

Rappelons que le célèbre intellectuel camerounais avait commencé à recevoir les foudres de guerre des internautes en 2016. Il venait alors de prendre part au colloque sur l’action humanitaire de la première dame camerounaise Chantal Biya.

Ses contempteurs n’y ont pas vu une simple contribution scientifique de sa part, mais un acte de soutien au régime de Paul Biya. Ils ont d’ailleurs lié sa promotion au grade de maître de conférences arrivée seulement 16 ans après son recrutement à l’Université- quelques mois plus tard. Pour eux, le fils de l'ancien ministre Joseph Owona a obtenu cette promotion juste parce qu’il a accepté de ne plus ramer à contre-courant.

Autres choses qui font suspecter Owona Nguini, son soutien au gouvernement dans la « crise anglophone », ses critiques acerbes à l’endroit de Maurice Kamto, leader du parti d’opposition MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun). Ce qui fait dire aux partisans du candidat à l’élection présidentielle qu’il fait le jeu du RDPC, principal adversaire de leur champion.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur